Gravure Nesle du Château de QuemignyLe fief de Quemigny est attesté depuis le 13ème siècle et possède un petit château fort qui à partir du 14ème siècle appartient au duc de Bourgogne.

Il a conservé de cette époque un grand donjon carré (de la fin du 13ème siècle ou du 14ème siècle). Ce donjon en parfait état de conservation possède toujours à son  sommet une série de corbeaux qui laissent supposer qu’il a été à l’origine couronné de hourds.

Quemigny a certainement été un poste avancé du château ducal de Duesme (*), son histoire ayant toujours été intimement liée à celle de la forteresse voisine.

Le corps de bâtiment principal édifié au milieu du 18ème siècle s’appuie sur la grande tour.

Un tunnel aménagé sous la cage d’escalier – entre le donjon et le corps de logis – permet le passage de la Batterelle qui à l’origine alimentait les douves entourant le donjon.

En avant, deux tours rondes probablement du 16ème siècle, reste de l’ancienne enceinte, sont rattachées aux communs remaniés également au 18ème siècle qui vont en s’écartant vers la vallée.

La tour de gauche est un colombier, dans celle de droite sont aménagées deux pièces d’habitation.


La simplicité du parti architectural, la composition des masses et la disposition des bâtiments dont les étagements progressifs créent une harmonie certaine sont mis en valeur par le voisinage du parc en terrasses dont les arbres les plus anciens ont été plantés dans les années 1760 par Louis de Guénichon.

Un canal aménagé à partir d’une dérivation de la Batterelle – qui alimente aussi le lavoir du village – a permis la création d’une cascade qui s’écoule dans deux bassins avant de rejoindre la rivière qui traverse le jardin.

Outre le fait qu’il possède une tour d’époque médiévale et deux tours anciennes, le château de Quemigny présente aussi l’avantage d’avoir conservé en parti son décor du 18ème siècle et en particulier un grand escalier orné d’une belle rampe en fer forgé.

De plus, le voûtement en parapluie des deux principales pièces du rez-de-chaussée est assez original pour un bâtiment civil pour qu’on en souligne la rareté et l’importance sur le plan architectural.


Quemigny reconstruit au début des années 1750 pour Louis Morel de Corberon – maître des comptes au parlement de Dijon – sera vendu en 1757 à Louis de Guénichon qui le possédait toujours à la révolution. Il passera ensuite à sa petite fille née Alexandrine de Bruère de Rocheprise qui sera mariée à Auguste Rémond, marquis de Montmort.

La marquise de Montmort également héritière du château de Rocheprise à Brémur et Vaurois cèdera ce dernier et conservera Quemigny.

Sa fille Marie Anne de Montmort, mariée à Joseph Alexandre, marquis de Virieu propriétaire du château de Lantilly en héritera à sa mort.

La tombe de la marquise de Montmort, décédée en 1870, se trouve dans le cimetière de Quemigny.

Les initiales des familles de Montmort et de Virieu surmontées d’une couronne de marquis se trouvent sur les cartouches placés en haut des deux grandes portes vitrées ajoutées au milieu du 19ème siècle de part et d’autre du vestibule.

Le château sera la propriété à la fin du même siècle d’un abbé parisien aumônier du lycée Janson de Sailly, l’abbé Henri Perny, qui fera aménager les étages supérieurs du donjon et les combles afin de recevoir des pensionnaires pendant l’été.

C’est aussi à cette époque que seront ajoutés au sud une chapelle et au nord sur l’aile de la cuisine un comble brisé couvert d’ardoises.

Description du château en 1495 :

Une tour environnée d’eau à pont levis. Le corps de maison devant ladite tour, tous les maisonnements jardins ainsi qu’il se comporte fermé et clos de murs tout à l’entour avec la grange située et assise dedans les murs.

Description du château en 1584 :

Une tour carrée construite de pierres de taille menée de jauges laquelle n’est bien construite ni édifiée par le dedans ni commodités pour y pouvoir habiter que premièrement l’on y eu fait des planchers et vis et si y est besoin y faire réparer la couverture en aucun endroit.

Un corps de logis attenant à une petite cuisine. Le dit logis fort ancien où il ne faut néanmoins à peine une réparation.

Une petite tour au bout du dit corps de logis à demi ronde.

Un autre corps de logis nommé les chambres peintes le bas desquelles servent d’écuries.


(*) Forteresse bâtie à l’extrémité d’un éperon rocheux, ayant appartenu aux seigneurs de Duesme du 13ème au 14ème siècle, puis aux ducs de Bourgogne avant de devenir possession de seigneurs engagistes après la réunion à la couronne (seigneurs qui obtenaient du roi, moyennant une somme déterminée, l’administration et les revenus de la seigneurie). Les guerres de Religion dégradent le château entraînant son démantèlement en 1595, sur ordre de Henri IV, puis sa démolition en 1763. Trois fossés entourent l’édifice, appartenant à des périodes différentes. Le premier date du néolithique. Au-delà du second se trouvaient l’entrée fortifiée, les dépendances et la chapelle dont la crypte conserve des éléments gallo-romains de réemploi. Le donjon se dressait au-delà du troisième fossé.

For example Diprolene cream is a topical corticosteroid. This remedy reduce swelling associated with varied skin diseases. Viagra is used to treat various types of soundness problems. Doubtless every man knows about buy real Viagra online. It contains Sildenafil. Erectile disfunction can be a result of a physical condition. Even when it has a physical cause, psychological problems can make the disease worse. Having erectile dysfunction can distinctly complicate dating. Low libido isn’t the same as impotency, but a lot of similar reasons- that stifle an erection can also dampen your interest in sex.